Dysphasie « Aides pédagogiques par l’informatique

Dysphasie

Trouble (dys) de la parole (phasie)

 

Définition

La dysphasie est un trouble spécifique du langage oral, se présentant sous des formes diverses. On retrouve schématiquement :

  • la dysphasie réceptive (les enfants peinent à saisir le sens des mots ou l’ordre du discours),
  • la dysphasie expressive (les enfants s’expriment peu et ont des difficultés à se faire comprendre)
  • la dysphasie mixte (les deux versants, réceptifs et expressifs, sont touchés).

Ce déficit est toutefois limité au domaine langagier, l’enfant présentant une intelligence tout à fait normale. De plus, l’enfant dysphasique, malgré les difficultés rencontrées, présente toujours un désir de communiquer (regard, gestes). La dysphasie peut être plus ou moins sévère. Des progrès sont constatés mais le trouble persistera dans le temps.

D’un point de vue psycho-affectif, on observe généralement une estime de soi pauvre, parfois accompagnée de difficultés de gestion émotionnelle. Nombreuses études soulignent également les difficultés sociales et personnelles chez ces enfants, étant généralement moins bien acceptés par autrui puisqu’ayant des difficultés à communiquer.

Plus d’informations dans cette vidéo: « Qu’est-ce que la dysphasie ?« 

[embedplusvideo height= »390″ width= »640″ editlink= »http://bit.ly/2boLM6K » standard= »http://www.youtube.com/v/JytCesmXW0M?fs=1″ vars= »ytid=JytCesmXW0M&width=640&height=390&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes= » id= »ep1606″ /]

 

 

Les enfants dysphasiques ont des difficultés à :

  • Discriminer les sons.
  • Reconnaître et comprendre les lettres ou les mots.
  • Comprendre la signification des mots et les différencier.
  • Se concentrer sur un message oral et le comprendre, s’il est formulé rapidement ou s’il comporte plusieurs éléments.
  • Suivre une conversation sur un sujet nouveau et non familier.
  • Appréhender les implicites, l’humour et le second degré.
  • S’exprimer clairement en utilisant les bons mots (manque du mot et sur-utilisation des mots de remplissage, comme « chose, truc »).
  • Formuler des phrases grammaticalement correctes.
  • Utiliser un langage approprié dans différentes situations.
  • Raconter une histoire ou rapporter un événement en respectant l’ordre des séquences.
  • Orthographier correctement.
  • Abstraire des concepts, faire des catégories lorsque le support est langagier.
  • Calligraphier en respectant un tracé régulier.
  • Mémoriser les phrases longues et complexes.
  • Mémoriser une leçon ou des définitions.

On remarque plus largement :

  • Une lenteur importante de travail.
  • Une fatigabilité importante (l’attention est entièrement dédiée à la compréhension et à l’expression orale).
  • Parfois des troubles de l’orientation dans le temps et dans l’espace.
  • Des difficultés à exprimer ses émotions et un manque d’aisance relationnelle.

Adaptations pédagogiques générales

  • Expliquer à la classe pourquoi l’élève a droit à des aménagements et couper court à toute stigmatisation.
  • Parler lentement.
  • Présenter les consignes plusieurs fois, avec un support visuel, et s’assurer de la bonne compréhension de l’enfant.
  • Valoriser les efforts et non les résultats (mettre en place un outil permettant de mettre en évidence les progrès et les efforts de l’enfant).
  • Établir une routine souple pour les devoirs.
  • Se placer devant l’enfant et à son niveau afin de bien le regarder dans les yeux.
  • Soigner la collaboration avec les parents :
    • En établissant des contacts réguliers (en utilisant un carnet de bord par exemple).
    • En les informant des thèmes à venir afin qu’ils puissent travailler le vocabulaire propre à ce thème.
  • En valorisant les efforts observés en classe et non les résultats.
  • Considérer l’élève dysphasique comme un élève ayant certes un handicap, mais aussi des points forts sur lesquels étayer sa pédagogie.

Pour expliquer la dysphasie aux enfants « Il était une fois Léo, un jeune dysphasique ».

[vimeo]https://vimeo.com/12800677[/vimeo]La dysphasie

 Dysphasie Dysphasie conseils

Adaptations pratiques en classe 

  • Etablir une routine simple.
  • Utiliser un calendrier (horaire) pour la gestion du temps.
  • Utiliser des pictogrammes (images) pour expliquer les routines.
  • Faire respecter le tour de parole de l’enfant dysphasique.
  • Éviter de réorganiser la classe fréquemment.
  • Placer l’élève près de l’enseignant.
  • Éviter la sur-stimulation.

Adaptations pour le langage réceptif :

  • Attirer l’attention de l’élève, en établissant un contact visuel et/ou physique.
  • Accompagner les consignes de gestes.
  • Utiliser des pictogrammes, des 
dessins.
  • Ne donner qu’une consigne à la fois.
  • Utiliser un vocabulaire connu de 
l’élève.
  • Reformuler le message.
  • Permettre à l’élève de répéter le message afin de vérifier 
sa compréhension.

 Adaptations pour le langage expressif :

  • Utiliser des aides visuelles pour faciliter la communication.
  • Demander à l’élève d’illustrer son message.
  • Exposer l’élève aux règles morphologiques de formations des mots (radical et terminaison, suffixe et préfixe).

Et pour conclure:

La collaboration interdisciplinaire est également essentielle. Pour aider l’élève dysphasique dans ses apprentissages en classe, chacun joue un rôle spécifique, mais il ne peut le jouer seul. Les spécialistes peuvent aussi, avec l’accord des parents, offrir toute l’information nécessaire pour la mise en place d’une pédagogie adaptée, en classe et à la maison.

Liens et bibliographie

Enseigner aux élèves avec troubles d’apprentissage, édité par l’AGERS (Ministère de l’enseignement – Fédération Wallonie-Bruxelles), 2012.

Guide d’accompagnement pour les élèves ayant des besoins particuliers. Commission scolaire des Laurentides, 2011.

Kruck, J. & Bouvet, L. (2015). Troubles neuro-développementaux. Tableaux cliniques, évaluation et orientation. Editions In Press, Paris.

Touzin, M. & Leroux, M.-N. (2011). 100 idées pour venir en aide aux enfants dysphasiques. Alta Communication, Paris.

 

Pour aller plus loin…

Mazeau, M. & Pouhet, A. (2014). Neuropsychologie et troubles des apprentissages chez l’enfant.
Du développement typique aux dys-. Masson, Paris.